Résidente en médecine et maman d’un bébé

Entre études de médecine et résidanat, peu de temps vous est consacré pour des activités supplémentaires. Le problème est plus signifiant si vous envisagez d’avoir des enfants pendant vos études de médecine ou votre internat, mener les deux activités de front peut s’avérer délicat. Des aménagements existent, mais il ne sont pas toujours adaptés. Il vous faudra, entre autres, déterminer qui s’occupera de votre enfant, le laisser dans une garderie ou chez un membre de la famille, un choix souvent difficile à prendre!

La vie d’une maman résidente au quotidien

Il est primordial d’être réaliste et de savoir qu’en tant que médecin en formation, vous ne pourrez très probablement pas consacrer de nombreuses heures souvent nécessaires au près de votre enfant en bas âge. Si vous être maman et que vous travaillez loin de la maison pareillement à votre conjoint, sachez que vous n’êtes pas la seule. Il existe de nombreuses familles à double revenu qui ont des enfants et se débrouillent très bien. En revanche, il est indispensable de prévoir une bonne planification au préalable, adaptée à des horaires chargées.

Nawel et son mari ont choisi la crèche, car elle travaille très loin de chez elle. “Après avoir récupéré mon fils, il me reste exactement 2 heures et demie avant qu’il ne se couche à 19h30. Pendant ce temps, je lui consacre 100% de mon attention. J’aime vraiment cette partie de la journée qui me permet de rester proche de mon enfant après une longue journée d’absence. Une fois qu’il est endormi, je prépare à manger et je m’assois pendant 1 à 3 heures étudier ou continuer un travaille nécessaire. Bien que tout cela soit un défi, je suis fière d’être médecin en formation et, en même temps, d’avoir cette merveilleuse vie de famille”.

La différence entre une Maman résidente et les autres mamans qui travaillent

L’expérience de Nawel est différente de celle de beaucoup de ses semblables qui ne sont pas dans le milieu médical ou du moins pas durant leurs années de résidanat. “En tant que résidentes, nous ne pouvons prendre qu’un mois de congé de maternité. Cela comprend les 4 semaines de vacances annuelles, que la mère ait eu un accouchement par voie vaginale ou par césarienne, la durée du congé reste inchangée. Contrairement à toutes les autres femmes travailleuses qui bénéficient de trois mois de congé de maternité, une énorme différence et injustice sont subies par les résidentes en médecine à mon avis”.

En attendant que les politiques de congé de maternité changent en Algérie, c’est ce que l’on peut s’attendre en élevant une famille pendant le résidanat. Plus d’un mois de congé vous obligeront probablement à refaire l’année ou prolonger votre formation. Les chefs de services peuvent trouver un congé prolongé pénible pour le programme de formation, car les autres résidents devront supporter la charge supplémentaire de celui qui est absent”. Si ces préoccupations sont valables, il faut trouver un équilibre plus raisonnable entre les besoins de la nouvelle mère et ceux de son nouveau-né face aux exigences du programme de la spécialité.

Des défis journaliers

Soyez prêt à relever une multitude de défis en tant que résidente et maman. Nawel a des responsabilités supplémentaires par rapport à ses co-résidents qui n’ont pas d’enfants. “Lorsque mes connaissances sont mises à l’épreuve, que ce soit lors d’un examen ou durant ma pratique de tous le jours, je me rend compte que n’ai souvent pas autant de temps à consacrer à mes études. Ceci m’a poussé à sacrifier parfois quelques heures de mon sommeil ou à sécher certains cours que je rattrapait chez moi au prés de mon fils pour être à la hauteur de mes responsabilités”. Bien que Nawel ait parfois du mal à concilier son rôle de parent et de médecin, elle reste enthousiaste et vous suggère à vous et à toute maman se trouvant dans la même situation qu’elle de vous concentrer sur les nombreuses choses que vous faites bien, le plus important est de ne pas lâcher prise.

Des moments de bonheur

Le manque de sommeil associé à plusieurs situations très intenses et stressantes dans le cadre de son travail peut être très éprouvant, néanmoins on peut énumérer pas mal d’aspects positifs. Passer de bons moments avec son enfant peut diminuer le stress d’une journée intense dans le service. Soutenir d’autres résidentes peut également être gratifiant. “Depuis ma troisième année de résidanat, toutes les résidentes que je connais ont eu un bébé. J’ai pris plaisir à leur donner des conseils et les soutenir. Nous organisons aussi des sorties ensembles avec nos enfants. Rien qu’une rencontre dans les espaces de jeux accompagnées de nos petits est suffisante pour nous faire oublier une longue journée de travail et constitue une pause agréable des études et de la vie de médecin”.

Souvent, les autres me disent : “Comment vous débrouillez-vous ? Je ne peux vraiment expliquer comment je fais tout cela, mais je suis reconnaissante d’avoir la capacité de tout équilibrer. J’espère que mon fils verra un jour mes efforts et mon implication et me rendra fière de lui car à mon sens nos enfants seront en grande partie notre héritage légué ainsi le rôle principal de la femme dans la société est d’élever une génération future digne en lui inculquant les bonnes valeurs “.

Comment vous avez planifier la grossesse

“Il n’y a pas de moment idéal pour avoir un bébé, mais chaque couple doit prendre la décision qui lui convient. Il est peut être difficile de prendre une décision pareille à ce stade de notre vie mais une fois qu’ils arrivent, il est impossible d’imaginer le monde sans eux”.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Fabiola
Fabiola
8 mois il y a

Magnifique témoignage

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x